Comment investir dans l'or de manière sure et lucrative ?
>>>> 4 grammes d'argent-métal vous sont offert gratuitement
: :

22

Apr

Comment déterminer un objectif de cours de l’once d’or ?

 

Vous avez comme moi lu ces commentaires donnant des objectifs pour la hausse de l’or. Certains utilisent leur nez, d’autres le marc de café et quelques-uns une boule de cristal.

Certaines démonstrations un peu plus sérieuses s’appuient sur l’historique des prix de l’or et de l’agrégat monétaire M3. Le malheur dans ce raisonnement est que cette masse monétaire n’a pas du tout le même contour hier et aujourd’hui.

Par ailleurs, les chiffres d’avant-guerre manquent cruellement de présence sinon de fiabilité.

M3 est un agrégat monétaire qui recouvre grosso modo les dépôts de maturités courtes et longues sous des formes d’instruments monétaires très divers. Pour comprendre pourquoi M3 ne peut rien nous apprendre, il faut s’intéresser à ce rôle d’actif ultime que l’or a joué dans l’Histoire de la monnaie — et, avant toute chose, comprendre ce qu’est une monnaie.

La monnaie, ce n’est pas ce billet aux couleurs chatoyantes qui loge dans votre portefeuille ni ces pièces qui déforment vos poches. La monnaie est une abstraction née du besoin de comparer et de calculer des dettes et des crédits. La notion de dette est née bien avant que la représentation de la monnaie sous forme métallique voit le jour. Pendant des siècles nos ancêtres ont, par exemple, enregistré la dette de Pierre vis-à-vis de Paul sur un bâton, dit “de taille” car couvert d’encoches symbolisant la transaction.

Pierre partait avec la moitié du bâton, la taille (d’où l’expression anglo-saxonne de stock holder ou actionnaire), et Paul héritait de l’autre moitié, l’échantillon (en anglais ticket stub c’est-à-dire le talon du billet). Seule la rencontre des deux morceaux pouvait solder la dette de Pierre. En attendant, Paul pouvait lui-même apporter cette reconnaissance de dette pour solder sa propre situation vis-à-vis de Jacques, puis Jacques avec Jean et ainsi de suite…

Un monde sans monnaie n’a jamais existé
De tout temps, il a fallu une unité monétaire, c’est-à-dire un étalon de référence pour pouvoir comparer la valeur des choses entre elles et les symboliser sur ces reconnaissances de dette.

Les millénaires passant, les Etats souverains ont aménagé ces reconnaissances de dettes en les signant par l’incrustation du profil du suzerain. Par cette marque, le pouvoir en place affirmait (et continue de nos jours à l’affirmer) qu’il reconnaissait être le débiteur du porteur de cette pièce, qu’elle soit faite d’or, d’argent, de cupro-nickel, de cuivre, d’aluminium, ou bien de ce papier sur lequel est écrit 50 euros. Sans dette initiale de l’Etat souverain, point de monnaie. Sans confiance dans le titre de dette, point de monnaie. Dans son livre Debt : The First 5 000 Years [NDRL : “La dette : les 5 000 premières années”], l’anthropologiste américain David Graeber l’exprime ainsi : “la valeur de la monnaie n’est pas la mesure de la valeur d’un objet, mais la mesure de la confiance que l’on place dans les autres”.

Pendant plus de deux millénaires, cette dette initiale était gagée sur la promesse d’obtenir en échange quelque chose d’une valeur comparable. Plus la valeur de cette dette augmentait, plus la promesse devait être crédibilisée. C’est pour cette raison que le célèbre Napoléon 20 francs est en or alors que le 5 francs de la même époque est en argent ou que les 10 centimes ne sont faits que de bronze. Plus la dette était élevée, plus l’objet symbolique, la pièce, devait avoir une “valeur” crédible en rapport avec cette dette. L’avènement de la monnaie papier, forme moderne de monnaie fiduciaire, ne devait rien changer à cette problématique.

L’or, le garant de valeur par excellence
Lorsque la confiance du public s’est évaporée, le papier a été délaissé pour le métal parce que depuis des millénaires, les civilisations qui se sont succédé ont reconnu la valeur intrinsèque et universelle de ce métal et qu’il est accepté comme une forme ultime et sans contrepartie de paiement d’une dette. Ce qui vaut pour les individus entre eux vaut pour les Etats entre eux.

En 1999 Alan Greenspan, tristement célèbre comme président de la Fed, déclarait devant le Congrès des Etats-Unis : “[…] l’or représente toujours l’ultime forme de paiement dans le monde. Dans les situations extrêmes, la monnaie papier n’est plus acceptée par personne alors que l’or l’est toujours, considéré comme dernier moyen de paiement, élément de stabilité de la monnaie et ultime valeur de la monnaie. Historiquement ceci a toujours été la raison pour laquelle les gouvernements ont détenu de l’or”.

En 2012, sur son site internet, la banque centrale d’Allemagne tient ce même discours : “l’or représente une part importante des réserves de la Bundesbank. Une des fonctions de l’or a toujours été d’apporter stabilité et confiance, représentant une alternative aux réserves de devises en tant qu’avoir tangible. C’est un atout essentiel pour ancrer la confiance dans la monnaie”.

Jusqu’en 1971, date à laquelle les Etats-Unis ont unilatéralement coupé le lien entre le dollar et l’or, une monnaie était appréciée à l’aune des stocks de métaux précieux détenus par l’Etat souverain qui l’émettait. Un déséquilibre entre le niveau des stocks d’or ou d’argent et la masse de billets en circulation laissait naître, auprès des nations créditrices de ce pays, un doute sur sa capacité à honorer ses dettes — c’est-à-dire à restituer sous une forme ou sous une autre la valeur initiale de ses engagements. Chaque monnaie nationale n’est rien d’autre qu’un étalon de valeur différent permettant de mesurer la même chose. Pour assurer la confiance dans leur monnaie, les Etats entretenaient des stocks de métaux précieux affichant ainsi leur crédibilité à honorer leurs dettes.

La seule façon d’approcher ce que pourrait être l’objectif de la hausse des métaux précieux serait, selon moi, de tenter un rapprochement de la situation actuelle, qui trouve ses origines dans une profonde crise de solvabilité, avec des époques à peu près équivalentes au cours desquelles l’or a joué un véritable rôle de thermomètre de la confiance monétaire. L’exercice est donc difficile et subjectif : il s’agit de déterminer un niveau en deçà duquel la confiance s’évaporerait. Cette défiance peut venir de deux côtés : des créditeurs nationaux d’une part, et des créditeurs étrangers d’autre part. Historiquement les deux ont joué un rôle dans la détermination du niveau des réserves.

Quel est le niveau de confiance actuel en la monnaie fiduciaire ?
Dans le dernier numéro de la lettre Vos Finances, j’ai proposé à mes lecteurs un tableau intitulé “Taux de couverture statutaire en or”. Ce tableau rassemblait les taux de couverture en or pratiqués par plusieurs pays à l’époque de l’étalon-or, de 1880 à 1914, et aux deux périodes de l’étalon de change-or (deux variantes assez similaires de 1923 à 1972). La couverture était alors calculée par rapport à la monnaie en circulation et aux dépôts. Pour être en mesure de comparer la situation actuelle avec celle de l’époque, il faut déterminer le montant que représentent monnaie et dépôts. Ce montant se situe entre le périmètre de la masse monétaire M1 et celui de M2.

Le true money supply (TSM) ou “masse monétaire réelle” est l’agrégat qui donne la meilleure représentation de la disponibilité de la monnaie. Il a été défini par Murray Rothbard, un économiste américain, théoricien de l’école autrichienne. En confrontant cette masse monétaire TSM au stock de métaux précieux détenus par un Etat souverain, on obtient la couverture réelle de la monnaie par un actif tangible.

Avec ces éléments, les taux de couverture calculés au cours moyen de l’or sur l’année 2011, pour les Etats-Unis, l’Euroland et le Japon sont respectivement de 5,5%, 8,2% et 0,6%.

A partir de là, il est possible de prendre quelques points de repères pour l’avenir et d’estimer un niveau de prix de l’or exprimé en dollars, yens ou euros selon le taux de couverture qui sera atteint pour “redonner confiance” dans la monnaie.

Graphique du taux de couverture TMS cible

L’autre point de vue est celui des étrangers
En situation ultime, ceux-ci évaluent la crédibilité de la monnaie qu’ils détiennent à la lumière des stocks d’actifs tangibles détenus. Dans son ouvrage prémonitoire, L’or et la crise du dollar, publié en 1961, Robert Triffin donne quelques historiques sur les avoirs d’or américains et le montant de dollars détenus à l’étranger.

Selon d’autres sources, le divorce entre le dollar et l’or aurait été prononcé par Nixon, en 1971, alors que la couverture par l’or des avoirs en dollars détenus à l’étranger approchait de 21%. Ceci constitue un bon repère. En effet, le FMI publie régulièrement la situation des engagements en devises hors du territoire d’émission. Cette statistique porte le doux nom de COFER (pour Currency composition of official foreign exchange reserves).

A partir de ces éléments, il est possible de rapprocher les deux époques et de comparer le niveau de couverture des réserves actuelles de dollars avec celui d’avant 1971.

Alors, quel objectif pour l’or ?
Aujourd’hui, l’or détenu par les Etats-Unis couvre à hauteur de 12% les dollars détenus à l’extérieur sur la base du prix de l’once d’or en 2011. Si le même calcul est fait en retenant le prix “officiel” de l’once d’or, soit 42,22219 $ , la couverture est infinitésimale (de 0,33%). En fait il s’agit du tout dernier prix officiel de l’or (et non pas d’une cotation) arrêté par le Trésor américain pour valoriser le dollar juste avant la fin du lien entre dollar et or.

Depuis cette époque c’est ce prix qui est retenu par la Fed pour valoriser ses certificats dans son bilan. La réévaluation de ce prix sera certainement un élément du sauvetage du bilan de la Fed le moment venu, la Fed ne détenant pas une seule once d’or mais uniquement des certificats échangeables auprès du Trésor.

Donc, l’once d’or devrait valoir autour de 3 000 $ (en moyenne annuelle) pour couvrir à hauteur de 24% (la moyenne) les dollars détenus hors du pays qui les vu naître.

Où se trouve la vérité ? Je n’en ai aucune idée. Sans doute entre 3 000 $ et 8 000 $ l’once (2 500 euros et 6 500 euros pour une parité à 1,20 $ ) mais cette fourchette bouge selon la propension des gouvernements à creuser l’endettement.

Vous avez maintenant tous les éléments pour choisir votre objectif. Et comme le dit Simone Wapler, “on peut imaginer l’or à 10 000 $ ou à 40 000 $ , peu importe : ce ne seront évidemment pas les mêmes dollars que maintenant”.

Et tout le problème est là.

[NDLR : L’or à 3 000 $ … voire 8 000 $ … c’est possible. La question, c’est de savoir comment vous, vous pouvez profiter de cette hausse. Yannick Colleu est là pour vous y aider tous les mois dans Vos Finances : pour suivre ses conseils, commencez par cliquer ici !]

Première parution dans la Chronique Agora le 22/02/2012.


Source : L’Edito Matières Premières & Devises » Métaux précieux

Guide d’investissement
sur le marché de l’or
Yannick Colleu
2008-2015 :
Pourquoi l’Or Va Battre la Performance …
guide livre marché de l or livre pour l or  
Les bases du marché et
les conseils d’un vrai investisseur
Choisir les mines d’or à fort potentiel
( + de 2000% de gains)

Retrouvez ma stratégie d'investissement dans l'Achat Or

Ecrit par Goldy
Ecrit le 22nd Apr 2012
1
 
Catégorie: Cours de L'or
Mots Clés:

Un commentaires to “Comment déterminer un objectif de cours de l’once d’or ?”

  1. Jade says:

    Très intéressant cet article. Merci pour toutes ces infos

Donnez votre avis

Vous pouvez également vous inscrire a notre newsletter pour découvrir les infos avant tout le monde et nos dossiers spéciaux. C'est ici http://www.achator.biz/newsletter/infosolo.htm

 
Profile
Depuis toujours l'or m'a fasciné, au début sous forme de bijoux bien evidement ;). Peu à peu il est devenu une passion et aujourd'hui un investissement maitrisé

Votre prénom

Votre Email

Inscrivez-vous gratuitement à nos informations sur l'or - Votre email est en securite : pas de spam

Sites Référants

  1. Google (Recherche)
" />